BLOGUE

MULTIPOTENTIALISTES? Réveillez-vous!

On vous dit être une girouette?
On n’est jamais trop certain de ce que vous faites dans la vie?
Vous avez le sentiment de ne pas trouver votre place professionnellement dans la société?
Vous avez l’impression de ne pas connaître le chemin à suivre pour vous sentir dans vos bottines?
Peut-être êtes-vous, comme moi, MULTIPOTENTIALISTE?
D’aussi loin que je me souvienne, je me rappelle dire que je me sens comme une extraterrestre sur cette planète. Professionnellement, je n’arrivais pas à choisir. À l’époque, ça m’a paralysée et ça a eu pour résultat que je passe 18 années à travailler en restauration et à voyager. Maintenant sur mon CV on y trouve de multiples endroits issus du milieu communautaire, avec des titres de postes tout aussi multiples. Les employeurs s’y perdent. Heureusement, l’un de mes chapeaux a été conseillère en emploi, alors je sais me faire valoir. J’ai TELLLLEMENT à offrir!
Aujourd’hui, coach et fière de l’être, je suis toujours aussi passionnée par ma profession. Mais je suis honnête avec moi-même, je sais qu’elle ne me comblera pas. Je développe une foule d’idées soit en lien avec le coaching ou dans lesquelles il me sera utile. Je mets tout au profit de tout!
J’ai commencé beaucoup de choses dans ma vie, j’en ai fini peu. Excepté pour ma certification en coaching
Ce n’est que récemment que j’ai commencé à comprendre ce que je suis réellement et à en réaliser la valeur!
L’on vit dans une société compartimentée mais qui a tout intérêt à s’ouvrir à des gens comme les multipotentialistes!
Ahhh! Vous ne savez pas ce que c’est? Je n’en n’ai connu le terme que la semaine dernière étonnamment!
Émilie Wapnick me décrivait totalement!
Mon plus grand talent? Apprendre! Et rapidement!
C’est d’ailleurs pourquoi je deviens vite ennuyée…
J’aime la nouveauté, la variété et le changement. Je suis curieuse et débordante d’enthousiasme à chaque nouveau projet. Je n’aime pas trop choisir, je voudrais tout faire. J’ai besoin d’être nourrie, stimulée “challengée”!
J’ai souvent cette impression d’être coincée, de ne pas savoir ni par où aller, ni par quoi commencer…ce qui fait que parfois, je ne commence juste pas. L’impression aussi de ne pas finir mes projets. Ou parfois les laisser tomber en cours de route (lorsque seule impliquée). L’impression persistante de manquer de temps. C’est frustrant.
Comme si ce n’était pas assez, l’incompréhension des gens de mon entourage m’a très souvent emmené à me demander ce qui n’allait pas avec moi…. C’est très angoissant comme question. Mais je comprends, je ne « fit pas dans une case » …
Aujourd’hui, si je ne connais pas encore toujours le chemin, je sais ce que j’ai à offrir et j’ose!
Si ça vous parle et que vous avez envie d’outils soit pour : vous mettre en action, vous structurer, transformer vos croyances limitantes, gérer toutes les émotions entremêlées face à votre multipotentialisme… Appelez-moi
Et surtout…ne soyez pas surpris, je vous partagerai ici et là différentes offres selon mes compétences et envies, Y greffant toujours le coaching
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal
Tantôt coach, tantôt conseillère en emploi, tantôt écrivaine, tantôt formatrice, tantôt coordonnatrice, tantôt directrice, tantôt animatrice, tantôt photographe, tantôt coiffeuse, tantôt chanteuse, tantôt….
Et vous?

Qui peut me dire ce que c’est que l’acceptation?

L’ACCEPTATION… Un bien beau concept me direz-vous.

Qu’évoque pour vous ce mot, ce concept justement? Légèreté? Libération? Inaccessibilité? Irréalisme?

Je veux vous en parler parce ça fait parti du Neuro-Activ coaching… et que c’est une grande clef du bien être!

Surutilisé le mot “acceptation” en porte lourd sur ses épaules. Il est tantôt très convoité, tantôt jugé, rejeté. Il est surtout galvaudé.

Dans une société comme la nôtre, d’héritage judéo-chrétien cherchant de nos jours à s’imprégner de cette proposition libératrice qu’est l’acceptation, plusieurs techniques nous sont proposées… Touchons-nous réellement à l’acceptation?

Il importe de défaire d’abord et avant tout la croyance qu’acceptation égale résignation.

 

Dans le fait de se résigner, il y a le sentiment de défaite. Cela implique qu’il y avait un combat et que nous choisissons de laisser tomber. De se retirer. C’est un choix. Mais ce n’est PAS de l’acception. Ce peut être une fuite par exemple.

Que vient faire le judéo-christianisme là-dedans? Vous vous rappelez des phrases comme: “On est nés pour un petit pain” et “À chaque jour suffit sa peine”? Toutes deux présupposent qu’on doive se résigner à accepter son sort. Je n’entend pas vous faire un cours de théologie ici, au besoin, je vous invite à creuser le sujet, pour l’instant, poursuivons notre propos.

Je dois tout de même introduire que la philosophie bouddhiste, nous apprend qu’il en va tout autrement. Pourquoi est-ce que je vous parle de bouddhisme? Parce que le Neuro-Activ coaching s’appuie lorsque nécessaire, sur cet aspect de la philosophie pour renforcer ses outils. Par l’acceptation, la VRAIE. Et aussi parce que ça a raisonné chez moi, l’ayant pratiqué en Indes lors d’une retraite Vipassana il y a plusieurs années.

L’acceptation porte en elle une paix ET un réalisme. Il N’Y A PLUS de combat intérieur, même aussi silencieux peut-il être parfois. Lorsqu’on fait l’expérience d’une retraite de méditation Vipassana, S.N. Goenka, nous répète ad nauseam le principe sur lequel cette pratique repose:No craving, no aversion. N’avez-vous pas remarqué que pour tout et dans tout au cours de notre vie, nous voguons sans cesse entre l’envie pour quelque chose et le dégoût d’autre chose? Remplacez le mot envie par désir, souhait et dégoût par peur, refus ou ce que vous voulez, mais prenez le temps de prendre conscience de ce jeu dans votre tête… et de ce que ça suscite comme émotions, pour ensuite prendre forme à travers vos comportements.

Si vous avez manqué, un de mes textes sur comment nos émotions impactent nos comportements, je vous y invite !

https://www.facebook.com/notes/fran…

L’acceptation c’est comme lorsque vous affirmez que le jour il fait clair et que la nuit il fait sombre. Il n’y a pas grand émotion à gérer là. C’est un fait et nous poursuivons notre chemin avec cette réalité, jonglant en cohérence avec ce qui Est. Sauf que dans notre quotidien, nous aimerions plus souvent qu’autrement contrôler différents aspects. C’est tantôt possible, sans qu’on ne le croit alors on n’agit pas, après tout, on est nés pour un petit pain ;), ou on agit pensant que c’est la meilleure chose à faire en fonction de ce que l’on veut, versus ne veut pas et ça nous procure satisfaction…pas toujours.

Dans l’acceptation, nous accueillons ce qui Est. Nous devenons la vague et le ressac. Nous trouvons ce repos de l’âme que nous cherchons tous tant.

 

Je vous le concède cela ne nous apparaît pas toujours simple d’y accéder. Et je ne prétends pas que ce texte vous y conduira. Nous avons tous besoin ici et là d’un coup de main pour nous y accompagner.

L’acceptation n’est PAS un concept ésotérique. Elle est réelle et terre à terre.

Une petite suggestion de lecture pour creuser le sujet? http://vipassanasangha.free.fr/t17_acceptation.htm

 

Francesca Lachance, coach certifiée Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

514.554.0486

https://www.facebook.com/f.lachance.coach/

 

 

 

Comment et pourquoi suis-je devenue coach?

Mon parcours ne fut pas des plus standards. Partie à la conquête de ma vraie nature très jeune, j’étais sans repères pour y voir clair. Avec du recul, ces nombreuses années qui me semblaient alors de l’errance, m’ont beaucoup appris et m’ont tellement enrichies!

C’est à travers un cheminement scolaire houleux et une longue recherche de moi-même que je me suis retrouvée à passer 18 années dans le domaine de la restauration, passant des cafés à quelques restaurants renommés de Montréal à titre de serveuse. Si le milieu de la restauration est reconnu pour être très difficile, il m’a permis de développer ma communication, mon écoute ainsi que ma grande adaptabilité, en plus de ma gestion du stress!

Désireuse toutefois d’actualiser mon potentiel, j’en vins enfin à donner raison à ma famille, mes amis et mes collègues qui me répétaient au fil des ans que je devrais étudier en intervention, puisque la présence, l’écoute et le support aux autres me venaient naturellement. 

C’est donc à 33 ans, que je me décidai de m’inscrire, mais timidement, à l’université. Ce premier cours fut pour moi une révélation! En plus d’être à la bonne place, je découvrais que j’en étais aussi capable! Je m’inscrivis au certificat en immigration et relations interethniques, puis ensuite au certificat en intervention éducative en milieu familial et communautaire

C’est entre études, bénévolat et naissance de mon fils que je débutai ma carrière professionnelle à titre d’intervenanteJ’accumulai les expériences d’emplois pour me trouver à travailler successivement auprès des aînés par des visites d’amitiés, ensuite auprès des 17-35 ans chercheurs d’emplois dans un CJE, ensuite auprès de jeunes placés en Centres jeunesse à titre de conseillère en emploi puis à titre d’intervenante psychosociale puis dans une école secondaire, dans une ressource d’hébergement pour femmes en difficulté, ainsi que dans une soupe populaire auprès d’itinérants.

J’ai poursuivis comme intervenante socio-communautaire puis directrice générale intérimaire d’un OSBL d’habitation pour personnes retraitées autonomes et semi-autonomes, enfin, comme coordonnatrice/ intervenante/formatrice/animatrice auprès d’adolescents à travers un programme d’entrepreneuriat et auprès de jeunes adultes par le biais d’un programme d’insertion socio-professionnelle, en partenariat avec les écoles de la ville.

À travers mes années de service dans le milieu communautaire, je cumulai la fatigue de me voir toujours confrontée aux mêmes blocages avec mes « clients » . Il vint un temps où les techniques d’intervention, aussi multiples soient-elles, ne suffisaient plus à satisfaire mon désir d’aider, voyant les limites. Fatiguée aussi de la réalité des organismes communautaires de plus en plus difficile, mais aussi de mon statut de salariée, mon temps était venu de me retirer pour enfin reconnaître mon profil entrepreneurial et de me lancer!

Quittant mon emploi, je me revois encore assise sur ce banc de parc, me demandant comment faire pour atteindre mon objectif? Ma meilleure amie m’avait fait remarquer un jour que tant au niveau professionnel que personnel, je prenais souvent et naturellement une position de coach. Si c’était bien vrai, ça ne réglait pas tout… Quelle formation suivre alors qu’il y en a tellement et que je suis si rigoureuse! Ce jour là, sur ce banc de parc, j’en vins à me dire que ce que je souhaitais serait une formation qui rassemblerait l’essentiel des meilleures approches. « Tu peux toujours rêver! »  que je me suis dit… Une telle formation n’existait pas, je devrais la construire moi-même et ce n’était pas mon plan de départ!

Deux semaines plus tard, toujours cette meilleure amie, sans connaître cette réflexion, me fait parvenir l’annonce d’une formation en coaching, me disant que si cela m’intéresse, elle me la recommande fortement, connaissant la qualité des formateurs, pour avoir elle-même suivit plusieurs formations avec eux. Il s’agissait du Neuro-Activ coaching, dont je n’avais jamais entendu parlé. Je passai au travers les moindres détails du cursus, 2 fois plutôt qu’une et je m’inscrivis sans la moindre hésitation.

Cette formation fut si intensive et révélatrice pour moi, que la meilleure manière de l’expliquer est de dire que c’est comme si j’avais fait un saut quantique! Professionnellement bien entendu puisque de par sa spécificité, le NAC (Neuro-Activ coaching) me donnait la réponse à comment défaire les blocages et les saboteurs, mais personnellement aussi puisque nous sommes en travail sur nous-même sans relâche durant cette formation! Moi qui recherchait de la rigueur, de l’efficacité, de la profondeur et de la complétude,  j’ai été bien servie!

Intéressée depuis ma tendre enfance par l’actualisation de notre vraie nature, je me suis engagée dans un cheminement personnel depuis que j’ai la capacité de raisonner. Cette formation me permet aujourd’hui d’entretenir ce cheminement avec une multitude d’outils et de connaissances.

J’ai la croyance que si chacun faisait son bout de chemin pour se libérer de ses croyances limitantes et se connecter à son plein potentiel nous créerions ce monde meilleur tant souhaité et c’est mon désir le plus profond que de participer à ce changement! C’est d’ailleurs pourquoi, en tant que coach et être humain d’abord et avant tout, je me maintiens en formation continue, alliant toujours de nouvelles cordes complémentaires à mon arc.

 

Il me semble que la bonne manière de terminer ce chapitre est de remercier tous mes amis et ma famille pour m’avoir encouragée.

À chacun-e des collègues de ma cohorte tous devenus amis, pour leur support et le partage de toutes sortes d’états sans jugement et pour tout ces fous rires de cœur!

À mes formateurs Julie et Claude, pour leur qualité d’enseignement et leur humanisme débordant.

À Émilie, Diane, Dorothée, Sol, Nathalie et Nancy qui ont acceptées d’être mes clientes cobayes pour mes fins de certification.

À ma directrice qui a su comprendre et me soutenir lorsque j’ai quitté mon emploi pour cette aventure.

Et tout spécialement, à Marie-Hélène, la meilleure amie en question, qui a toujours su voir ma vraie nature.

Merci à David, mon amoureux, pour ses encouragements et son support incessant sous toutes ses formes.

Enfin, merci à mon fils Ludovic qui, du haut de ses 7 ans à l’époque, a dû me partager avec les nombreuses heures d’étude, de pratique et de rédaction.   

Merci d’avoir cru en moi et pour votre amour!

Francesca

 

 

 

Curieux de savoir pourquoi avoir choisi l’appellation Neuro-Activ coaching?

Neuro parce qu’on part du fait que tout est inscrit dans notre neurologie. Chaque événement ou expérience que nous vivons est encrypté dans des circuits neuronaux.

Activ parce qu’on active ces circuits afin de les transformer dans le sens souhaité par le coaché visant l’atteinte de son objectif.

En Neuro-Activ coaching nous effectuons des transformations dans notre construction et notre perception de la réalité.

http://greenerculture.com/wp-content/uploads/2016/09/neurons.jpg

Voici comment se forment les circuits neuronaux

Inspiré de: http://www.institutbiocoaching.com/

 

Nos filtres, c’est-à-dire notre éducation, notre culture, nos croyances, nos valeurs, déterminent notre interprétation des événements en donnant un sens à notre réalité. Cela influe directement sur nos émotions, lesquelles dicteront nos comportements.

 

À titre d’exemple : J’ai remis à mon patron le rapport demandé nécessaire à l’approbation du projet qui m’est assigné et je n’ai toujours pas reçu de feedback!    

                                 Sens : croyance que je lui importe peu

                                 Émotion : frustration              

                                 Comportement : désengagement au travail

 

En changeant nos croyances qui donnent le sens aux situations que nous vivons, ce sont aussi nos pensées, nos émotions et donc nos comportements qui changent. C’est comme si on quittait cette vieille « trail » qu’on est habitué de prendre pour en faire une nouvelle. Cette « trail » représente les circuits neuronaux.

Le but est de nous amener dans une interprétation de la réalité qui soit plus constructive en développant de nouvelles manières de penser, en utilisant nos émotions de manière soutenante et de développer les compétences nécessaires aux changements durables dans le but d’atteindre nos objectifs.

C’est ainsi qu’on vous accompagne à vous détacher de vos « patterns », ces fameux saboteurs, pour une vie émancipée!

 

Francesca Lachance, coach certifiée Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

Qu’est-ce qu’on ne sait pas encore?

Il ne vous arrive jamais de vous poser cette question ?

Qu’est-ce qu’on ne sait pas encore ?

Je me la pose tout le temps ! Pensez-y !

Toutes ces découvertes que nous n’avons pas encore faites, toutes ces merveilles qui nous sont encore inconnues !

Car oui ! Ayons cette humilité devant tant de grandeur face à la nature, nous n’avons pas fini d’en découvrir ! 

J’en ai encore eu la preuve hier soir alors que je regardais le documentaire de la BBC Au cœur des océans : les abysses  https://vimeo.com/126952971.

Nous savons bien qu’il existe des montagnes sous-marines… Mais là ! 

 

Une chaîne de montagne de 11 000 mètres de profondeur sous le niveau de la mer !

Des sommets atteignant plus de 300 mètres de haut !

Et d’une étendue de 45 000km !

Et tout ça se trouve … sous l’Océan !?

 

La plus longue et la plus haute chaîne de montagnes de notre planète, la Fausse des Mariannes, se situe dans l’océan Pacifique. Elle est datée de 50 millions d’années…

Tout un écosystème y vit, malgré l’absence totale de lumière. Et cela, contre toutes attentes des scientifiques qui croyaient que toute forme de vie avait besoin de la lumière du soleil pour exister.

À peine remis de mon éblouissement, on nous apprend ensuite qu’il y existe un lac…sous-marin. Cette fois, vraiment, mon cerveau a fait : « Quoi !? »

Hé oui ! On y voit des clapotis sur le dessus du lac et des rives sablonneuses habitées par une colonie de mollusques !

Le niveau de sel de ce lac étant beaucoup plus élevé que dans l’océan, son eau est beaucoup plus lourde, voilà pourquoi !

« Wow ! Fort intéressant ! (Vous dites-vous), mais pourquoi suis-je en train de lire un article sur les découvertes fantastiques des abysses sur la page FB d’une coach ?? »

Question légitime.

Mon point est que vous n’avez encore RIEN découvert par rapport à vous-même contrairement à ce que vous croyez.
Je parle de votre beauté et de votre potentiel !

Nous ne voyons que la surface de ce que nous sommes.

PIRE, nous ne voyons que ce que nous CROYONS être !

Et c’est désolant !

Heureusement, certains ont plus de croyances utiles par rapport à eux-mêmes que d’autres, mais encore…est-ce qu’une petite voix ne s’amuse pas à semer le doute une fois de temps à autre même pour vous ?

C’est normal, on nous a, pour la majorité d’entre nous, appris à nous définir, donc à bâtir notre estime de soi, notre valeur, sous le regard extérieur.

Le jugement des autres. Vous connaissez ?

Et selon des mesures quantifiables.

GROSSE erreur !

Il vous reste tant à découvrir sur vous-même !

À vous autoriser à être. À accepter ce que vous êtes. Et à APPRÉCIER qui vous êtes !

Même ceux et celles qui ont une bonne estime personnelle et se sentent épanouis peuvent bénéficier d’un coup de pouce.

Je reprendrai le leitmotiv de mon formateur : sky is NOT the limit !

 

C’est ce processus entre autres, que je vous accompagne à faire, et je m’en sens privilégiée !

Dans un prochain article, je traiterai des croyances. Surveillez-le !

Pour les curieux-ses des Abysses, plus d’infos ICI, dans cet autre documentaire en français cette fois https://www.youtube.com/watch?v=-3MT1YfA-NQ

Bonne écoute ! Et surtout, bonnes réflexions ! 😉

 

Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

Comment choisir son coach?

Question plus que légitime en ces temps où cette profession prend une ampleur fulgurante sans toutefois être encore suffisamment réglementée. Heureusement, de plus en plus de gens sont alertes et prennent des mesures pour s’assurer de la qualité de professionnel-le en qui ils investiront leur confiance. Enfin le coaching commence à gagner en reconnaissance au Québec, entre autres grâce à des formateurs consciencieux ainsi qu’à des fédérations posant les balises. Mais quelles sont-elles justement?

L’International Coach Federation (ICF) stipule que le coach est soumis à un code déontologique et éthique. Tout coach se disant professionnel est donc tenu de l’honorer. Le processus de coaching se fait à l’intérieur d’un cadre contractuel, lequel est un partenariat entre le coach et le coaché. Ils déterminent ensemble l’objectif du processus, ainsi que les balises du cadre.

Le coach doit être en mesure de :

  • Découvrir et clarifier ce que le client souhaite accomplir
  • Il doit aider le client à définir ses motivations, ses stratégies et ses compétences
  • Dévoiler au client l’ensemble des options qui s’offrent à lui
  • Confronter le client à ses engagements ou à sa problématique si cela peut le faire progresser

Code de déontologie de l’international Coach Federation http://icfquebec.org/img/client/page_web/pdf/code-de-deontologie.pdf

Le coaching étant un processus d’accompagnement à travers lequel nous cherchons à amener le client à découvrir ses propres ressources et solutions, le coach devrait donc s’abstenir de donner des conseils. Le but du coach n’est autre que celui de voir son client développer son autonomie et sa responsabilisation à atteindre ses objectifs.

Parmi les points importants à vérifier, il importe de savoir si ledit coach a bel et bien terminé une formation reconnue dont il est certifié et non pas seulement avoir suivi une formation en ligne d’un week-end par exemple. Car oui, ça existe, c’est plus fréquent qu’on ne le pense et il y a des risques! Le coaching est beaucoup plus rigoureux que cela.

Un coach devrait également être en formation continue c’est-à-dire d’alimenter sa pratique par des formations complémentaires par exemples, des séminaires, des lectures connexes, des conférences en lien avec la pratique, etc.

Le recours à une supervision est également un indice du sérieux du professionnel.

Enfin, le coach pratique-t-il de manière régulière ou uniquement à temps perdu?

Par ailleurs, comme dans tout domaine, les diplômes à eux seuls ne peuvent garantir la qualité. Des habiletés relationnelles élevées sont indispensables. La posture de coach est donc primordiale et sans elle les techniques perdent nettement de leur valeur.

Ce que l’on appelle la posture de coach répond de ces critères :

  • Le non-jugement
  • La bienveillance
  • L’écoute active
  • L’authenticité
  • La neutralité

L’intelligence communicationnelle et relationnelle sont la base : clarté et honnêteté, empathie, ouverture d’esprit, neutralité, bienveillance. Si vous ne trouvez pas ces aptitudes chez votre coach, fuyez! Il devrait aussi avoir la capacité de décoder ce que révèle tant le verbal (les mots), le para-verbal (timbre, volume, vitesse, rythme de la voix), que le non-verbal (le langage du corps) de son client et de s’y adapter.

Il doit également avoir la capacité de gérer ses propres émotions face à la réalité de son client et de gérer son état, bien qu’il ne soit pas insensible aux souffrances que peut vivre ce dernier.

Un coach doit nous inspirer confiance, optimisme, positivisme ET réalisme.

Il peut être intéressant de connaître quelle est la démarche du coach en lien avec son propre cheminement personnel. Car oui, tout professionnel en relation d’aide a AUSSI besoin de poursuivre son propre développement personnel.

Si certains seront rassurés de savoir que le coach est issu du même milieu professionnel, croyant être ainsi mieux compris, il faut également être conscient du risque possible que le coach, sans mauvaise volonté toutefois, teinte son accompagnement de sa propre expérience du milieu, ainsi que de ses opinions.

Un coach N’EST PAS et N’A PAS à être le spécialiste de votre problématique et/ou de votre domaine puisqu’il n’est pas un conseiller. Il est le spécialiste du développement du potentiel humain.

D’autres seront influencés par l’âge du coach. Et s’il est vrai qu’en théorie, l’âge amène l’expérience et la sagesse, force est d’admettre que chez certaines personnes il amène plutôt le paternalisme et une certaine condescendance. De jeunes coachs peuvent avoir une belle fraîcheur en même temps qu’une grande profondeur et être tout à fait compétent.

Ce qui doit primer AVANT TOUT dans le choix d’un coach, après la confirmation d’une certification, c’est la confiance et le bien-être que nous ressentons en sa présence. Est-ce qu’on se sent écouté, reçu? M’accompagne-t-il à trouver ma propre réalité ou cherche-t-il à me transmettre la sienne? Me propose-t-il un travail d’équipe ou se positionne-t-il comme celui qui a la solution?

Toutes questions en lien avec le processus devraient être élucidées à travers un entretien préliminaire, lequel permet de déterminer du  même coup si le coaching est bel et bien le bon choix pour vous, et vous donnera également l’opportunité de vérifier à travers ce premier contact si vous êtes à l’aise avec ce professionnel ou pas. Certains chargent cette première rencontre de 30-40 minutes, d’autres non. Il devrait vous être demandé quelles sont vos attentes du coaching. Le coach devrait aussi bien différencier les rôles et responsabilités de chacun. Car si le coach est responsable du processus, le coaché lui, est responsable du résultat, lequel est directement influencé par sa propre implication dans son processus.

Le coaching est une démarche d’autonomisation et elle se déroule de manière parallèle c’est-à-dire que coach et coaché sont au même niveau et font un travail d’équipe. L’un ne devrait jamais sembler supérieur et l’autre inférieur.

Et non, le coach n’est PAS un superhéros et n’a PAS de super pouvoirs.

Il vous aide à trouver VOS solutions, en VOUS et à les actualiser!

À lire aussi : Ce qu’est le coaching et ce qu’il n’est pas  http://coachcertifiee.com/ce-quest-le-coaching-et-ce-quil-nest-pas/

Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

 

Ce qu’est le coaching et ce qu’il n’est pas

D’abord, commençons par déconstruire certaines fausses croyances en clarifiant ce que le coaching N’EST PAS. Ce n’est ni une thérapie, ni du mentorat, ni du rôle conseil, ni de la formation. Il s’agit là d’expertises qui diffèrent les unes des autres. Le coaching ne travaille pas dans le passé, tout en admettant l’impact de celui-ci sur notre vie. Il s’intéresse au présent, à comment nous le vivons et à nous mener à le vivre comme nous le souhaitons.

Il s’agit d’un accompagnement à faire la lumière sur son propre labyrinthe. Pour faire une image claire, disons que nous avons tous notre propre labyrinthe et que par mesure de protection, nous occultons beaucoup de choses lesquelles se retrouvent dans notre angle mort. Le coach lui, possède son coffre à outils lui permettant de visiter, avec la participation de son coaché, le labyrinthe de ce dernier et de l’aider à faire la lumière sur les ombres, ouvrir les fenêtres et emprunter les portes.

 

Autrement dit, le coaching part du principe que chaque personne possède ses propres solutions et que le rôle du coach est d’accompagner à les découvrir, de par notre expertise, accompagnée de notre capacité affinée à se mettre au diapason avec notre client.

Le coaching est donc très versatile et peut s’avérer très utile tant pour une meilleure connaissance de soi et par ricochet des autres, bâtir ou rebâtir une saine estime de soi, développer ou retrouver sa motivation, apprivoiser, mieux vivre, voire transformer ses émotions, pour des stratégies de changements dans une visée professionnelle ou personnelle, par exemple. Le Neuro-Activ coaching a également la spécificité de travailler en profondeur les croyances avec la possibilité de déprogrammer et reprogrammer les schèmes de pensées (selon la volonté du client bien entendu), ainsi que d’agir au niveau des blocages et des saboteurs appelés aussi patterns.

Le coaching est une démarche d’autonomisation sous forme d’un travail d’équipe. Coach et coaché sont des égaux et on ne devrait pas retrouver de hiérarchie entre le professionnel et le client.

Que différencie le coaching de la psychothérapie ?

D’entrée de jeu, l’Ordre des psychologues du Québec nous dit :

Par comparaison, il faut rappeler que la psychothérapie se veut « un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique 1 ». Elle implique un processus interactionnel structuré entre un professionnel et un client. Elle se fait à la suite d’une évaluation et elle nécessite l’application de modalités thérapeutiques.

https://www.ordrepsy.qc.ca/c/document_library/get_file?uuid=6957ef36-48be-417f-9a4c-1b93999c02f0&groupId=26707
Référence 1. Définition extraite du rapport du Comité d’expert présidé par le Dr Jean-Bernard Trudeau. Voir à ce sujet le document publié par l’Ordre des psychologues du Québec. (Mars 2006). Modernisation de la pratique professionnelle : impact sur la profession de psychologue, p. 6.

Alors quand faut-il privilégier une psychothérapie plutôt qu’un processus de coaching ?

  • Lorsque la souffrance est telle qu’elle est ingérable voire paralysante
  • Lorsque la personne préfère ou ressent le besoin d’analyser son passé
  • Dans le cas de traumatismes
  • Dans le cas de dépression majeure

La psychiatrie elle, sera de mise dans des cas de troubles de santé mentale ou de troubles de la personnalité.

Le coaching, peu importe le style, ne peut et ne doit en aucun cas remplacer tout suivi ou traitement médical même s’il s’agit de coaching relatif à la santé.

Il est par ailleurs possible de faire un processus de coaching en parallèle à une psychothérapie par exemple, mais dans ce cas, l’accord du psychothérapeute sera nécessaire. Alors, les deux professionnels travailleront des aspects différents, de manière complémentaire.

Le coach qui, dans le cours du processus de coaching s’aperçoit d’une problématique nécessitant le recours à un autre type de professionnel a le devoir de le mentionner au client et de le référer. Il peut même refuser de poursuivre avec ce dit client si ce dernier refuse de consulter.

Le coaching est un processus formidable s’il est bien fait, efficace et concret, mais il ne peut répondre à tout ni à tous, comme dans le cas de n’importe quelle autre approche.

En résumé, l’Institut de BioCoaching, dispensaire de la formation en Neuro-Activ coaching nous parle de la profession en ces mots :

« Le coach accompagne ses clients à définir et à atteindre leurs objectifs et ce, dans tous types de domaines. Il aide à clarifier une situation problématique, à définir un objectif concret et à mobiliser et développer les ressources et capacités nécessaires pour l’atteindre. Il facilite les prises de conscience et de décision nécessaires au passage à l’action tout en aidant le coaché à dépasser ses limites et développer ses potentiels latents.  L’expertise du coach est de catalyser le changement. Il n’est pas expert du domaine qui concerne le coaché ou l’objectif, ce n’est pas nécessaire ni souhaité. Il est expert du changement et du déblocage des situations problématiques et de l’atteinte d’objectifs concrets. Son expertise est le développement du potentiel humain. Il utilise pour cela une compréhension approfondie des mécanismes de fonctionnement de l’être humain et des outils d’intervention pragmatiques et efficaces issus de divers courants, et des méthodes reconnues loin de toute improvisation. Le coach vise l’autonomisation du coaché. Il ne souhaite pas agir à la place de ses clients mais les aide à agir par eux-mêmes de façon plus efficace en adéquation avec leurs valeurs et leurs objectifs. Il ne soigne pas, il n’aide pas directement, il permet au coaché à s’aider lui-même à avancer avec efficacité. Dans un souci d’autonomie, le coach veille à la responsabilisation du coaché. Le coach s’intéresse au présent et au futur et même s’il est abordé, le passé du coaché n’est pas ce qui a la plus grande importance dans le processus d’accompagnement. »  Institut BioCoaching

À lire aussi : Choisir son coach http://coachcertifiee.com/comment-choisir-son-coach/

Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

 

 

 

Quel intérêt de privilégier le Neuro-Activ coaching comme approche?

Le coaching a pris un tel essor dans les dernières années, ce qui amène son lot de confusion, le titre de coach étant utilisé à plusieurs sauces, je vous épargne la liste, vous les connaissez.
Mais allons à l’essentiel, pourquoi le Neuro-Activ Coaching ? Quel intérêt a-t-il de plus que les autres formes de coaching ?
Au cours des prochains jours, je vous partagerai (sous le même titre que ce présent article) les spécificités du NAC et ce qui en fait une approche de choix !
Commençons aujourd’hui par découvrir par qui il a a été fondé et pourquoi, puisqu’il importe de connaître l’histoire et la provenance de quelque chose afin d’en déterminer sa crédibilité.
Je vous présente ici un court résumé seulement du parcours bien rempli de Florent Fusier, fondateur du Neuro-Activ coaching, parce que je sais que le temps manque à tout le monde.
Titulaire d’un Master en Sciences Cognitives Appliquées, il a débuté sa carrière entre autres au sein de projets de recherche en intelligence artificielle à l’INRIA dans le domaine des sciences cognitives et informatiques. Ont suivi sa certification de coach et d’enseignant en Neuro-Sémantique ainsi qu’en PNL, certifié par l’ISNS.
Formé directement auprès d’experts mondiaux tel Michael Hall, Colin Cox et Lena Gray, Shell Rose Charvet et Gilles Roy, il est aujourd’hui coach certifié, formateur, consultant et auteur, fondateur et directeur de l’institut de formation internationale Human potentials Development, en plus d’être le créateur du Neuro-Activ Coaching. En quelques années seulement, le NAC a pris de l’expansion à travers le monde dû à son inégalable efficacité. On le retrouve notamment à Paris, Nice, au Luxembourg, au Maroc, en Tunisie, en Martinique et au Québec et son expansion se poursuit à grande vitesse de par l’intérêt qu’il suscite !
Florent Fusier souhaitait une structure de coaching efficace, simple et complète. C’est pourquoi il a fusionné des éléments provenant des sciences cognitives et des neurosciences, de la systémique, de la PNL, de la sémantique, de la logothérapie et de l’approche de Palo Alto. Tout cela, en demeurant proche de l’être humain, s’assurant de former des coachs capables de se mettre au diapason avec leurs coachés et de les accompagner dans un processus personnalisé.
Dans mes prochains articles je vous présente brièvement chacune des approches sur lesquelles sont basées le NAC!
 
Francesca Lachance, coach certifiée Neuro-Activ coaching

Quel intérêt de privilégier le Neuro-Activ coaching comme approche? Pour sa richesse!

Le Neuro-Activ coaching est basé sur les différentes approches suivantes:

La Programmation Neuro-Linguistique, désormais très connue sous son acronyme PNL;
Les sciences cognitives et neurosciences;
La systémique et l’approche de Palo Alto;
La sémantique générale et la logothérapie.
Après avoir débuté ma série d’articles de présentation du NAC par l’introduction de son fondateur, je poursuis en vous présentant brièvement les intérêts de la PNL.
Elle fut créée par Richard Bandler (mathématicien et informaticien) et John Grinder (professeur en linguistique) dans le courant des années 1970. Les deux hommes très intéressés par l’excellence ont commencé à étudier les grands communicateurs et thérapeutes qui réussissaient le mieux. Bien que très différents les uns des autres dans leur style respectif, ils ont tout de même pu constater des similitudes dans leurs techniques qu’ils ont dès lors codifiées, en modélisant l’expertise de ces trois thérapeutes éblouissants: Milton Érickson, Virginia Satir et Frédéric Perls. La PNL venait de naître.
Expliquer la PNL est toujours un défi et le but n’étant pas de vous étourdir, je vous mettrai ici seulement quelques lignes directrices. Je vous invite à lire sur cette technique si vous souhaitez découvrir cette fascinante approche. À cet effet, je vous dirigerais vers le site de l’Institut international de PNL qui est très complet et facile de compréhension https://www.pnlcoach.com/pnl-coaching-formation-pnl.php
La PNL travaille à décoder de quelle manière une personne encode les intrants, c’est-à-dire les informations de toute sorte qu’elle reçoit. La manière dont nous interprétons notre vécu est tout à fait subjective et est donc modifiable. En utilisant la PNL, nous focussons sur le processus et la forme plutôt que le contenu, dans le but de comprendre la structure de pensée de la personne afin de l’amener à la modifier, en utilisant ses propres techniques d’encodage, afin d’apporter les changements qu’elle souhaite. En étudiant par exemple comment une personne a encodé une situation de manière positive versus un souvenir moins agréable, il nous est possible de guider la personne à mieux vivre le «mauvais» souvenir, ou à approcher disons une situation stressante d’une manière beaucoup plus soutenante et générative.
Richard Bandler, dans Un cerveau pour changer, est fascinant avec ses découvertes et son désir d’amener les gens à devenir maître de leur poste de contrôle. C’est ça, la PNL. R. Bandler nous dit qu’il est insensé de s’engager dans une vie où l’on apprendra tout, sauf à découvrir de quelle manière nous fonctionnons, et que de surcroît, on nous sommera d’être épanouis et heureux sans quoi, nous deviendrions un poids pour la société!
Qu’en pensez-vous?
Une petite vidéo intéressante touchant la subjectivité https://www.youtube.com/watch?v=jQ7qJoK7YAY&feature=youtu.be
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

 

 

Quel intérêt de privilégier le Neuro-Activ coaching comme approche? Pour sa crédibilité!

Aujourd’hui je vous explique en quelque mots ce que viennent faire les sciences cognitives et les neurosciences dans le Neuro-Activ coaching. Vous comprendrez enfin pourquoi son concepteur l’a nommé ainsi.

Les sciences cognitives concernent les mécanismes de la pensée humaine. Cela nous permet la modélisation, c’est-à-dire, en quelque sorte, de reproduire une formule gagnante et de l’appliquer sur d’autres aspects de notre vie. En Neuro-Activ coaching, cela nous est très utile afin de travailler les perceptions, le raisonnement, les émotions et la conscience.
Les neurosciences elles, portent sur l’étude scientifique de la structure et du fonctionnement du système nerveux à tous les niveaux, dont le cerveau est le chef d’orchestre.
L’Institut de BioCoaching http://www.institutbiocoaching.com/ explique en ces mots l’implication du terme Neuro, dans notre pratique: « En rapport avec notre neurologie qui est le siège de notre activité nerveuse, de nos émotions et qui est en action lorsque nous agissons à travers nos comportements. En lien aussi avec le travail sur nos états de performance et d’excellence et sur nos émotions, parfois source de blocages et de sabotages.»
C’est en travaillant sur l’activation de notre neurologie que nous amenons efficacement et concrètement nos coachés à atteindre leurs objectifs, peu importe leurs nature! Il nous est possible de programmer notre cerveau comme nous le désirons, au même titre que nous programmons notre ordinateur selon nos préférences de paramètres. Ces techniques peuvent être à la fois simples et complexes, d’où l’importance de s’en remettre à quelqu’un de qualifié. En Neuro-Activ coaching, nous vous invitons à vous approprier les bases de ces techniques afin de développer votre autonomie.
C’est Richard Bandler, fondateur de la PNL, qui disait que si nous ne sommes pas maître de la programmation de notre cerveau, nous laissons le monde extérieur s’en charger.
Prêts à vous lancer?
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

 

 

Quel intérêt de privilégier le Neuro-Activ coaching comme approche? Pour sa complétude!

La systémique et l’approche de Palo Alto; quelle belle progression dans la relation d’aide de tout acabit! C’est l’anthropologue Grégory Bateson qui, de par ses recherches basées sur les sciences humaines et la communication, a fondé l’École de Palo Alto dans les années 1950 en Californie.

La systémique semble simple et pourtant, ma dizaine d’année passée dans le milieu universitaire puis dans le milieu communautaire m’ont appris qu’il n’est pas aussi facile que cela pour plusieurs personnes d’en intégrer le principe. Pourtant, il s’agit là tout simplement de la considération de l’être humain dans son ensemble. Dans un souci de bien vous l’expliquer aujourd’hui, je me suis référée au site du SI (Systémiques Intégratives Institut https://www.si-institut.com/qu-est-…). Je vous fais ici une brève récapitulation de ce qu’est la systémique et de son intérêt.
Par définition, un système est une composition d’éléments interagissant ensemble tant au niveau du partage d’informations, comme d’énergie. L’autorégulation prédomine, assurant l’équilibre au sein dudit système, mais aussi son développement et sa survie. Une famille est un très bon exemple de système. Lorsqu’on accompagne une personne, toutes les composantes de sa vie forment son système. L’approche systémique, prend donc en considération chacune de ses composantes comme partie intégrante de l’individu consultant. Pour reprendre le thème de la famille, un individu qui est parent d’un-e jeune enfant par exemple, sera nécessairement affecté par différents impératifs que comporte cette réalité, lesquels méritent d’être pris en compte, alors qu’un individu n’ayant pas de jeune enfant à charge, ne sera pas touché par ces composantes.
Vient ensuite la recherche de la manière inconsciente dont la personne vit sa réalité. C’est là que plusieurs échouent, apposant leur propre interprétation inconsciente. En Neuro-Activ coaching, nous sommes formés pour maîtriser cette neutralité nécessaire à un accompagnement optimal.
La systémique est donc le postulat que notre environnement concours à la manière dont nous nous représentons les événements, le monde, la vie…l’autre et soi. La systémique nous éclaire sur le fonctionnement de notre psyché, de notre monde émotionnel ainsi que de nos échanges relationnels. La compréhension de ces diverses facettes de l’être humain nous informe alors sur les possibilités d’évolution et de changement, en assurant une éthique, un respect et l’écologie de ces dits changements.
Si l’approche analytique s’intéresse au “pourquoi”, cherchant les causes et les acteurs responsables, l’approche systémique, elle, s’intéresse au “vers quoi et comment”. Nous sommes ici dans la recherche de solutions que détient l’individu, consciemment ou non, dans le but d’accompagner la personne à atteindre ses objectifs. On se positionne dans un souci d’efficacité, de concrétude et d’humanisme.
En somme, l’approche systémique se penche sur la relation que nous entretenons avec notre environnement, mais aussi avec nous-même, selon les représentations que nous nous en sommes faites. Intéressant de constater que d’une manière différente, la systémique rejoint l’aspect de la PNL dans le “commenthttps://www.facebook.com/notes/fran…. Parce que le comment, nous offre une foule d’informations pratiques, nous menant rapidement à l’essentiel, en toute cohérence et dans le respect de l’individu.
L’approche systémique? Pour “agir sur le changement et ouvrir de nouvelles possibilités”.
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

 

Privilégier le Neuro-Activ coaching, pour toutes ces raisons!

Après cette série de minis articles éclairs pour vous présenter le Neuro-Activ coaching, j’espère que la curiosité vous a piquée ! ?

Pour ceux et celles qui les auraient manqués, vous trouverez au bas de la page leur lien, dans l’ordre de parution.
L’image choisie surplombant ce présent article a tout son sens, car le Neuro-Activ coaching est fait sur mesure à partir de l’essence des meilleures approches pour une efficacité, une complétude et un humanisme !
Pour en savoir plus sur le Neuro-Activ coaching et mieux me connaître en tant que coach, plusieurs options s’offrent à vous:
Pour toutes questions ou pour une consultation;
Par soif de découvrir;
  • Organisez une soirée entre ami-es et demandez à me recevoir gratuitement chez vous afin que je vous en parle plus en profondeur et surtout, que je réponde à toutes vos questions.
Si vous êtes plutôt prêt-e à passer à l’action;
  • Profitez d’une de mes rencontres préliminaires de 30 minutes gratuites afin de déterminer si le coaching est la bonne approche pour vous et si le moment est propice à entamer un processus.
Je suis passionnée par ma profession et je n’attends que votre contact pour vous la transmettre !
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal
Pour un récapitulatif du Neuro-Activ coaching présenté:
Historique / fondateur
Sa Richesse / PNL
Sa crédibilité / Neurosciences et sciences cognitives
Sa complétude / Systémique et Palo Alto
Sa profondeur / Sémantique et logothérapie
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal

Quel intérêt de privilégier le Neuro-Activ coaching comme approche? Pour sa profondeur!

Le Neuro-Activ coaching intègre la sémantique générale d’Alfred Korzybski, philosophe et scientifique et la logothérapie de Viktor Frankl, psychiatre et philosophe. Déjà entendu parlé? Encore une fois vous l’aurez deviné, la théorie est complexe, c’est pourquoi je laisserai aux plus curieux des liens gorgés d’informations historiques et théoriques, pour ne vous présenter que les grandes lignes directrices.

La sémantique de Korzybski a pour postulat que “la carte n’est pas le territoire”. La carte? Quel territoire? La carte est par exemple le sens que l’on donne à un mot ou à un événement, alors que le territoire refléterait la réalité. Puisque nous sommes tous teintés par notre histoire, notre époque, notre culture, notre éducation, nos valeurs, nos croyances, etc., nous colorons notre réalité de chaque instant par ces filtres, le plus souvent, de manière bien inconsciente. Et pourtant, c’est cette réalité adaptée selon nos paramètres inconscients qui régit nos réactions, nos humeurs, nos comportements, nos décisions. En sémantique générale, nous étudions donc le rapport entre les mots selon lesquels une personne s’exprime et la réelle réalité. La différence nous donne accès aux croyances et dès lors, nous pouvons travailler à changer les croyances nuisibles voire toxiques lorsque désiré. http://www.lybereclat.net/lyber/kor…

Quant à la logothérapie de Frankl, elle lui est venue de son passage horrifiant à Auschwitz, l’amenant à se concentrer sur l’impératif de donner un sens à sa vie.

Là où, pour motiver nos gestes, Freud parle de désir et Adler de pouvoir, Viktor Frankl évoque le sens : « Je parle de “recherche d’un sens à la vie” par opposition au principe de plaisir sur lequel est fondée la psychanalyse freudienne, ainsi qu’à la volonté de puissance qui est au centre de la psychologie adlérienne. » (Découvrir un sens à sa vie). http://www.psychologies.com/Culture…

Il est bien connu que le sens que nous donnons à notre vie nous donne la force et le courage de continuer, même à travers les pires tempêtes. Être conscient du sens que nous donnons à notre vie donne lieu de s’y raccrocher et parfois…de le recadrer. Car ce sens, encore une fois, influencera plusieurs aspects de notre psyché. Il vaut donc le coup d’en prendre conscience pour choisir consciemment, de quoi il sera fait.

Selon Viktor Frankl, l’homme n’est ni le jouet de ses pulsions ni un être complètement déterminé par son passé ou son contexte social. Il peut choisir librement sa perspective, sa position et son attitude face aux conditions de son existence. http://www.logotherapie-alf.org/

Au plaisir de découvrir avec vous VOTRE sens.
Francesca Lachance, coach certifiée en Neuro-Activ coaching, membre ICF, Montréal